Berlin ne meurt jamais

A Berlin, ville d’histoire par excellence, pas facile de trouver des traces de la Première Guerre. Mais on a tout donné et on a croisé Rosa Luxemburg, Käthe Kollwitz et écouté de bouleversantes voix de soldats d’outre-tombe.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je prends toujours autant de plaisir à vous lire. J’adore ce que vous faites. C’est vrai que Berlin, c’est très marqué par 33-89, on pense moins à la première GM. Je connaissais bien sûr Rosa Luxemburg et Käthe Kollwitz (je suis germaniste), mais c’est passionnant de vous entendre parler d’elle. Et en revanche, je ne connaissais pas l’expo dont vous parlez. J’imagine l’émotion qui émane des voix d’outre tombe. Poignant

    J'aime

  2. Merci ! Oui, je connaissais Rosa Luxemburg bien sûr mais pas du tout Käthe Kollwitz. J’adore quand voyager permet ce genre de « rencontre ». C’est une belle découverte, une grande artiste.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s