Sandra à Hiroshima

Pour ce quatrième article de notre série participative « Et vous, quels lieux historiques vous ont marqué? », c’est Sandra de Bibliblog qui nous raconte depuis le Japon sa rencontre bouleversante avec une rescapée d’Hiroshima.

J’ai fait une rencontre particulièrement émouvante qui m’a projetée quelques décennies plus tôt…

Hiroshima, le 6 août 1945. Madame K., 13 ans, a été réquisitionnée dans une usine comme tous ceux qui sont en âge de travailler, à cause de la guerre. Il fait très chaud ce matin-là, très beau, et elle porte un pantalon confectionné à partir d’un ancien kimono appartenant à sa mère. C’est incroyable comme elle se rappelle chaque détail !

 

unnamed (4)
Vêtement retrouvé sur place

 

Soudain, une lumière bleutée intense traverse la ville. Son univers bascule. L’adolescente perd conscience. Quand elle revient à elle, elle est coincée sous les gravats, son bras droit la fait terriblement souffrir. Elle réussit avec peine à s’extirper de là. Aujourd’hui encore, elle se souvient de tout, tous ses sens ont conservé la mémoire de cette horrible journée : le silence, l’obscurité, l’odeur, la soif, la peur, la culpabilité… Je suis bouleversée, suspendue à ses lèvres.

Elle évoque d’abord les cris de ses camarades qui appellent à l’aide et qui hurlent de douleur, puis, lorsqu’elle sort enfin de l’usine en ruine, le silence absolu, effrayant, de la ville plongée dans le noir à cause de la poussière soulevée par tous les bâtiments qui se sont effondrés.

Après avoir aidé ses camarades à sortir des décombres, elle passe deux jours, assoiffée et affamée, à transporter avec eux des cadavres. Elle raconte les rues jonchées de corps sur lesquels elle est obligée de marcher, le fleuve noyé d’humains et de chevaux. C’est atroce à entendre et je n’imagine même pas comment ça a dû l’être à vivre ! Elle se souvient de l’odeur immonde de corps brûlés. Elle raconte la peur intense pour sa famille dont elle n’a aucune nouvelle et qui l’étreint à chaque instant : ses parents et ses deux petits frères sont-ils toujours en vie ?

 

unnamed (3)
Photo panoramique de la ville après l’explosion

 

Son bras la fait énormément souffrir, mais elle n’a pas le choix : il faut évacuer les survivants et les morts. Les blessés ont terriblement soif, mais on interdit de leur donner de l’eau qui pourrait les faire mourir instantanément. Avec du recul, elle éprouve une honteuse culpabilité de ne pas avoir étanché leur soif : de toute façon, ces personnes étaient mourantes, elles auraient pu boire une dernière fois…

Elle retrouve miraculeusement son père parti à sa recherche ; il pleure de joie en la retrouvant. Une fois à la maison, elle ne peut plus quitter son lit pendant des mois : ses gencives saignent, son bras plein d’éclats de verre s’est infecté et elle n’a plus la force de se mettre debout. Il n’y a plus rien à manger : tout a brûlé et s’est désintégré. Une lente reconstruction de son corps, de son esprit et de la ville commence alors.

 

unnamed
Genbaku

 

Elle dit aussi la haine qu’elle a éprouvée pour les Américains, et pour le gouvernement japonais qui n’a rien fait pour ces malheureux pendant des années. Mais un jour, un adolescent américain qui l’entend se lève, particulièrement ému, et s’excuse pour ce que son pays lui a fait. Là, la haine de Mme K. s’évanouit instantanément. Elle n’en éprouve plus du tout aujourd’hui et s’est même rendue aux Etats-Unis. Seul le sentiment de culpabilité demeure car une de ses petites-filles est atteinte d’une grave maladie…

Aujourd’hui, Mme K. est une petite dame frêle et digne de 86 ans, à qui on en donne 10 ou 15 de moins. Elle porte un collier à perles, une jupe droite noire, très chic. Elle vient de terminer une énième conférence pour transmettre son témoignage et un message de paix qu’elle souhaite que propagent ses auditeurs à travers le monde. Je suis bouleversée ! Quelle dignité et quelle force émanent de cette dame !

Je mesure ma chance extraordinaire d’avoir rencontré en chair et en os une survivante de cette monstrueuse page de l’Histoire. Je suis admirative du courage de Mme K. qui répète inlassablement que les armes nucléaires doivent être démantelées pour que plus jamais une telle catastrophe ne se produise.

 

unnamed (2)
Cénotaphe

 

Hiroshima est sans doute parmi les lieux historiques que j’ai visités celui qui m’a le plus marquée : le musée de la paix et les monuments m’ont secouée, mais comme cette rencontre a été émouvante ! Les mots me manquent. Alors, sortant du musée sous l’averse, ceux de Verlaine résonnent en moi : « Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville »…

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Merci les filles de publier cet article ! Je mesure ma chance d’avoir pu rencontrer une rescapée. Ce témoignage est précieux, il faut le diffuser pour que jamais plus une telle catastrophe ne survienne 😉

    J'aime

    1. Merci Sandra. Ce qu’on ressent dans nos voyages doit être proche de ce que tu as ressenti : plus jamais ça. C’est toujours important de le dire et de le répéter.

      Aimé par 1 personne

  2. Sabrina dit :

    Terrible, poignant et si émouvant. Je n’ai pas de mots…juste merci.

    Aimé par 2 people

  3. Sabrina dit :

    A reblogué ceci sur Les p'tits Parigots en vadrouille.et a ajouté:
    Un témoignage qui prend aux tripes. Merci les filles de 1916 kilomètres et merci à Sandra pour ce récit.

    Aimé par 2 people

  4. Si on a envie de modernité et de tradition, le Japon est une idée idéale! Entre mangas, cérémonie du thé et shintoïsme, le dépaysement et la découverte seront de chaque instant. Un voyage historique avec les événement mondial inoubliable. Un voyage nature a également beaucoup à offrir : des paysages variés, entre rizières et montagnes, qui évoluent au fil des saisons. C’est un voyage magnifique!

    J'aime

    1. Merci pour ce commentaire! En effet le Japon est une destination magnifique. Nous y sommes allées une fois pour une dizaine de jours et avons adoré. On aimerait beaucoup y retourner (et sans doute voir Hiroshima, par exemple).

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s