Voyager végé #1 : la Borat Soup

Comme tout blog qui se respecte, nous devons avoir plusieurs rubriques dont une rubrique « cuisine ». Bienvenue donc dans : Voyager végé ! Ou comment combler vos papilles avec deux gamelles en fer, une petite plaque et un frigo aléatoire.

            Le premier plat est un sommet gastronomique et un défi culinaire. Comment en trois minutes chrono reproduire le goût d’un plat tenu au feu depuis huit jours par une vieille kazakh saoûle ? (Je m’excuse pour le Kazakhstan, j’y suis allée et à part une utilisation un poil abusive du lait de jument fermenté, je n’ai rien à leur reprocher.) Voici donc la recette de la fausse soupe kazakh, dite « Borat Soup ».

            Vous avez besoin de chou fermenté (disponible en sachet dans tous les magasins bio à Paris et tous les supermarchés qui se respectent à l’est de Meaux) et d’une soupe de nouilles chinoises lyophilisée.

            Faites bouillir de l’eau, laissez frémir, versez les épices puis le chou et enfin les nouilles. Tout se transforme en magma spongieux ? C’est prêt !

            Une saveur terroir (mais un terroir très loin et dangereux), une odeur aigre (genre relent d’urine) qui reste dans le van plusieurs jours, bref un goût prononcé et inimitable (oui, ne recommencez jamais). Pour les puristes, arrosez abondamment de Tabasco, ça relèvera les saveurs (mais le voulez-vous vraiment ?).

            « La Borat Soup, la Borat Soup, quand c’est très bon, ça fait floup floup ! La Borat Soup, la Borat Soup, tous tes ennemis ils sont dedans ! »

IMAG0173