1916-2016 : du Vest Pocket à Instagram

Comme le résultat du Vest Pocket est pour le moins aléatoire (voir ci-dessous), on sécurise avec le Nikkormat et les téléphones portables, on mélange tout ce qui est à notre disposition. Chacun a ses qualités. On arrange les vilaines photos du portable grâce à Instagram, le problème est plus de pouvoir recharger les batteries régulièrement.

4243_05
Les Eparges

Quant au Nikkormat, on m’a demandé pourquoi je l’utilisais plutôt qu’un reflex numérique. C’est simple : le résultat est incomparable, même scanné. Sans rentrer dans des détails technico-chiants (taille de capteur, tout ça), il faut un budget hallucinant pour retrouver la qualité de profondeur de champ de l’argentique avec un boitier numérique. Alors j’ai pris ce que j’avais sous la main. Globalement, si vous trouvez une photo vraiment belle sur le blog, il y a de fortes chances que le Nikkormat soit derrière tout ça.

Quel que soit l’appareil, à chaque clic c’est toute une époque qu’on ressuscite : un certain cadre, une certaine profondeur de champ, une certaine zone de netteté. Même le bruit quand on appuie sur le déclencheur nous projette dans un autre temps. Ça donne des images antidatées. Cette crue, c’est celle de 1910 ? Cette grande roue, c’est celle d’une Exposition Universelle ?

7150_01
La Seine en crue – 2016

A l’inverse les images du Nikkormat me semblent plutôt intemporelles. On a un tel choix de réglages et de pellicules qu’on peut en faire ce qu’on veut. Pour Instagram par contre, c’est évident que ça restera aussi daté que des Polaroid des années 1980. C’est marrant.

            Bref, utiliser en 2016 un appareil photo de 1916, c’est une aventure mais c’est loin d’être impossible.

Ça m’interroge. Le patrimoine photo c’est bien sûr la conservation des images, négatives ou positives, aujourd’hui fortement aidée par la numérisation. C’est une chose. C’est aussi la conservation du matériel, des appareils de prise de vue eux-mêmes.

Mais il manque un maillon : faire vivre tout ça.

Utiliser ces appareils, trouver le film adéquat, les moyens de développement et de tirage. Regarder le monde par ce même petit viseur crade et inversé. En un mot préserver les techniques.

img_20160914_1707591

C’est quand même fou que l’arrêt de la production du film 127 coïncide avec les années où sont morts les derniers combattants de la Grande Guerre. Ces hommes ont disparu avec leur moyen d’expression. Pourtant c’est une question d’actualité : pour nos lointains descendants, resterons-nous comme les adeptes d’objets noirs rectangulaires et plats ? Est-ce qu’on aura encore les codes, les prises, les batteries, les ports – les clés ? Il y a dix ou quinze ans, je faisais toutes mes sauvegardes sur CD-ROM. Aujourd’hui je n’ai plus rien pour les lire.

Voilà, l’obsolescence programmée ne concerne pas seulement les objets. Elle concerne rien de moins que notre mémoire.

4243_07
Haut fourneau U4, Uckange