Ruby vous parle #1 : Sergent Stubby

Y en a marre. Les maitresses avaient promis deux femmes, un chien et un van mais pour l’instant je n’ai pas eu mon mot à dire. Pourtant moi aussi je peux écrire, y a pas de raison. Comme elles me disent souvent quand je fais quelque chose de bien, comme par exemple essayer de ne pas manger tous les chiens qui me regardent de travers : « Elle est pas con la Ruru. »

D’abord, je veux dire que j’aime bien le road trip. Avec la boite qui roule on peut regarder le paysage qui bouge sans devoir marcher et ça c’est super. J’ai le droit de dormir sur la banquette alors qu’à la maison, le canapé, c’est interdit ; je peux faire la grasse matinée parce que petit truc grognon (le chat) est resté à la maison et donc pas de miaulements qui me réveillent à six heures ; enfin les maitresses sont toujours avec moi et ça c’est top. Au début elles avaient peur que je ne tienne pas le coup dans les balades parce que je suis un peu plus vieille que ce qu’ils avaient dit au refuge quand elles sont venues me chercher. J’ai six ans mais en fait plutôt neuf. Elles étaient un peu en colère avec ça mais comme elles sont un peu feignantes, je crois que finalement elles trouvent que c’est pas mal.

IMG_20160803_154519[1]
Ruby en pleine action

De toute façon c’était pas moi la plus fatiguée quand on marchait parce qu’à la campagne il y a un truc génial : les bêtes ! Lapins, écureuil, chevreuils, je me donne un mal d’homme à les attraper mais les maitresses me retiennent tout le temps. Elles ne sont pas fufutes. Il y a quand même une randonnée où j’ai souffert. Ça s’appelait les Eparges. Ça devait prendre deux heures mais on a marché bien plus longtemps. Il faisait chaud, heureusement les maitresses avaient pris de l’eau et ma gamelle (je ne bois pas dans les bouteilles des humains, ils sont peut-être un peu sales). Je les ai bien dressées au moins à ça. J’ai bon espoir pour la suite. Il y avait de la boue et des herbes très hautes. Une des maitresses répétait tout le temps : « C’est à cause de la pluie, ça doit mieux être entretenu d’habitude ». Ok mais là ça nous faisait une belle patte.

J’ai pensé à comment c’était ici pendant la guerre. Pour les humains ça a été terrible mais pour les animaux ça n’a pas été la fête non plus. Des milliers de chevaux sont morts dans des explosions et en tirant des canons, sans compter ceux qui ont été mangés. Plein de chiens sont morts aussi. Ils étaient dressés pour tirer des charriots, secourir des blessés ou juste faire des câlins aux soldats humains comme mascottes. Les Allemands dès le début ils avaient de grands bergers spéciaux pour faire tout ça. Les Français, ils ont suivi comme ils ont pu et ils ont pris toutes les bêtes données à l’Armée par leurs maitres, caniches compris.

Il y a même eu des chiens héros. Le plus célèbre s‘appelait Stubby. Il venait d’Amérique et il a capturé un espion allemand en lui mordant le mollet. Pour ça il a eu une médaille. Ce n’est pas très juste parce que ça a l’air amusant mais j’aurais de sacrés problèmes moi si je mordais un mollet allemand. Il a été décoré plein de fois et même promu sergent (le seul chien à avoir fini sous-officier). Les maitresses me montrent une photo de lui et incroyable : ses petites pattes torves, son torse surdéveloppé de vieille gym queen, ses yeux humides de faon, c’est tout moi ! Clairement Stubby est mon ancêtre (j’ai un arbre généalogique obscur alors c’est possible). Ça doit être pour ça qu’une de mes maitresses m’appelle Stubby de temps en temps. Je ne m’explique pas par contre pourquoi l’autre humaine la regarde avec pitié quand elle dit ça.

Il y a eu plein d’autres chiens héros mais je vais m’arrêter là pour ce soir. Il est déjà 20h30 et si je n’ai pas mes 16 heures de sommeil cette nuit, je serais épuisée demain. N’empêche que vous avez vu :  pas con la Ruru.

Trois jours plus tard :

Bon je croyais m’en tirer à bon compte mais maîtresse est impitoyable. « Pas mal ton texte, pas mal ma Ruru mais va falloir se sortir les coussinets. Ton Stubby là c’est un personnage en or mais on veut en savoir plus ok ? Balance-moi son CV, fais nous un peu rêver quoi, et puis on est un blog de voyage alors tu nous incarnes les lieux, sors-nous de la toponymie. Bref tu te bouges l’arrière train et tu gagnes tes croquettes. »

IMG_20160803_154732[1]

Elle est drôle ma maîtresse, par quoi je commence ? Donc Stubby : physique improbable genre beau gosse qui a morflé, tout ce que j’aime quoi. Pas le style élevage de luxe, un bon bâtard mais trouvé sur le campus de Yale s’il vous plait. Son maître qui avait l’air d’être un sacré numéro (comme mes maîtresses mais je ne vais pas le dire trop fort) la fait passer en douce sur le bateau qui part à la guerre en France. Pendant un mois, il se bat au chemin des Dames. J’y suis allé dans la Somme avec les maîtresses et le van et j’ai trouvé ça chouette, je me suis roulée dans une mouette morte, mais à l’époque de Stubby c’était carrément moins drôle. Ensuite il a été blessé à Saint-Mihiel par une grenade allemande! Après il a subi une attaque de gaz. La maîtresse m’a expliqué. C’était du chlore qui rendait toutes les choses en métal brillant d’un noir tout sale et après tous les lapins et les oiseaux étaient morts autour des soldats. Et puis comme j’ai écrit plus haut l’histoire de l’espion allemand. C’était en Argonne (tu vois maîtresse j’ai compris l’histoire de la toponymie).

Ouf c’était sacrément fatigant d’écrire tout ça mais en fait c’est super d’écrire et j’ai plein d’autres idées mais chut je ne vais pas le dire trop fort parce que les maîtresses, elles vont me faire trimer. Elle en a pas fini la Ruru.

Stubby a même son Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Stubby

Et plein de photos dont on n’a pas les droits sur Google Images si vous tapez « Sergeant Stubby ».